Le pitch était pourtant accrocheur…
Mary est âgée et souffrante, elle souhaite finir ses jours au Cap Bruny en Tasmanie, petite île proche de l’Australie. C’était sans compter le secret qui la hante depuis des années et qui vient toquer à sa porte aux derniers jours de sa vie.
Les souvenirs du Phare remontent et avec cela les images du passé: son mariage compliqué, son isolement dans ce lieu sublime retiré du monde et son amour perdu.

Le décor est posé: une famille isolée sur un cap, le mari gardien du Phare distant et froid tout comme l’environnement hostile de cette petite île, et 50 ans plus tard une femme mourante dont le secret menace d’être révélé et de tout remettre en question…

Malgré le sujet prometteur, l’histoire me laisse de marbre…
Le roman, un peu longuet à mon goût, manque de dynamisme.
Cela m’a étrangement fait penser aux Hauts de Hurlevent ou les Brumes de Riverton.
C’est agréable mais j’ai eu du mal avec le manque de description et détails concernant les personnages qui apporte un manque de réalisme. Nous n’avons pas le temps de nous attacher aux protagonistes, ils sont trop décrits succinctement pour créer une véritable empathie chez le lecteur…

A contrario, j’ai apprécié le personnage de l’héroïne. Cette petite mamie attachante qui raconte son histoire.
L’auteure approfondit bien ce lien indéfinissable que nous avons avec nos grands parents et le regard que l’on leur porte, plein d’indulgence sur leurs actions que parfois leur propres enfants ne cautionnent pas 🙂

J’adorerais avoir vos avis dessus, avez-vous eu le même ressenti ? ou à contrario avez-vous été touché par ce roman ?
Si vous avez d’autres romans de l’auteure à me conseiller, je suis toute ouiiiie 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *