La Promesse de l’Aube, un roman d’amour, de dévotion.

Ce roman vous ravira si vous aussi vous n’arrivez pas à couper le cordon ombilical avec vos parents : )

Romain Gary explique avec sa prose si particulière son lien intense avec sa tendre Maman.

Totalement dévouée à son enfant, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour pouvoir le faire monter au sein de la (haute) société.
Mina ne reculera devant rien ni personne pour faire connaitre son fils : Lettre aux hauts gradés militaires, ministres et annonces publiques de succès rythmeront l’enfance et l’adolescence de Romain !

Drôle grâce à la plume de l’écrivain, nous passons un bon moment.
Les anecdotes ne sont pas hilarantes mais sa façon de les retranscrire est l’atout principal du roman.

Certains passages trainent vraiment en longueur et je plaide coupable, je me suis ennuyée à de nombreux moments. A ce titre, je n’irais pas au cinéma voir son adaptation.

Après c’est un peu comme pour Americanah et Fairyland dont je parle plus tôt, étant donné que ce sont des autobiographies romancées, il y a souvent des redites et trainées en longueur dans ce type de sujets…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *