Suite au décès de son Papa, Robert Lubisch vide la maison familiale et tombe sur un cliché d’une jeune femme accompagnée d’une Carte d’identité d’un officier SS.
Les deux noms étant inconnus du jeune homme, celui-ci commence à se questionner sur le passé de son père.
Aurait-il appartenu aux forces SS ? Existe-t-il un lien entre cette femme et son paternel ? Comment remonter les souvenirs d’un temps que nous n’avons pas connu ?

Le roman est bien écrit et agréable à lire.
L’enquête est menée avec tact, l’auteure jongle habilement entre passé et présent.
Les différents personnages ainsi que les époques sont bien détaillés, on ne peine aucunement à s’identifier à ces destins tiraillés et détruits par la guerre.

Nous retrouvons l’univers triste et hostile de la seconde guerre mondiale.
L’auteure utilise la même accroche que dans son second roman: la découverte d’un secret, l’enquête, les indices et le dénouement final en huit clos.

J’avoue ne pas arriver à déterminer ma préférence envers ce premier roman ou le Violoniste, les univers et la trame de fond étant très similaires
Néanmoins Mertchild Borrmann peine un peu à sortir de son univers de prédilection, là ou Victoria Hislop ou Michel Bussi excellent…

Roman à découvrir : )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *