* Livre offert par un Service Presse *


Certains livres vous laissent sans voix, peu ont le pouvoir de vous émerveiller.
Malheureusement la plupart ne laisseront pas de souvenir impérissable.

Nos années sauvages fait partie selon moi de la dernière catégorie.

L’histoire commence sur un fait amusant : la narratrice raconte qu’étant enfant elle était très bavarde…. Si locace que ses parents avaient l’habitude de lui demander de commencer son récit au milieu de l’histoire…!
Benjamine dans une fratrie de 3 enfants, l’auteure parle de ses souvenirs et se remémore les moments passés auprès de sa soeur disparue.
Le mystère tourne pleinement autour de l’absence de celle-ci.
Enfance compliquée par ce manque affectif, renforcée par la fugue du frère et la tristesse des parents démunis.
Pourquoi Fern ne fait-elle plus partie de la famille à ce jour ? Quelles sont les raisons de son départ ? Mais surtout ou se trouve-t-elle ?

Le roman est intéressant, le thème du manque et de la différence sont bien abordés et retranscrits. Ils amènent un bon effet de surprise sur le moment.
Malheureusement, une fois la révélation faite, le roman s’essoufle.
Arrivé au dit rebondissement, la narratrice peine à nous garder en haleine jusqu’au bout.

Cette malheureuse impression que c’est la petite fille du début qui nous raconte son récit. Celle qui justement, ne savait pas réduire ses histoires à l’essentiel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *