Je vous avais déjà parlé de Delphine Bertholon pour son fabuleux roman « Les Corps Inutiles » ici.

Très remarqué, ce roman racontait l’histoire d’une jeune femme qui avait perdu tout sens du toucher à la suite de son agression sexuelle.

Aujourd’hui je vous présente l’Effet Larsen de la même auteure.
Delphine Bertholon introduit Nola, jeune femme insouciante et dans la fleur de l’âge qui va voir sa vie basculer du jour au lendemain suite au décès soudain et brutal de son Papa.
Terrible épreuve, choc irréversible, Nola et sa Maman Mira vont devoir vivre, (sur)vivre sans leur moitié.

Recroquevillée sur elle-même, Mira va alors découvrir qu’elle souffre d’hyperacousie.
L’hyperacousie, dysfonctionnement important de l’audition, occasionne une hyper fragilité de l’ouïe.

L’effet Larsen, véritable tourment auditif, n’est pas sans nous rappeler le cauchemar que vivent Nola et sa Maman.
La perte inoubliable de cet être cher qui revient à leur esprit, sous forme d’acouphène, comme un mauvais refrain.
Métaphore poétique de leur histoire, ce grésillement, bourdonnement sans fin au creux de leurs oreilles qui se répête sans interruption cette chanson dans leur tête.

Finement écrit, ce roman vous transportera je l’espère sur une plage de sable blanc à Saint Malo ou dans un petit appartement parisien sous une canicule écrasante !
Positive et joyeuse, l’auteure nous emmène une fois de plus vers la lumière malgré des sujets délicats toujours traités avec brio.

L’Effet Larsen parle d’amour, de deuil, d’épreuves insurmontables dont nous finissons toujours vainqueurs et plus forts.

Je vous le recommande chaudement : )

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *