Chouette découverte du mois de mai, que ce roman d‘Antonio Garrido sur le premier médecin légiste chinois.

Inspiré d’un personnage réel, Le lecteur de Cadavres raconte les premières ébauches d’autopsie dans la Chine impériale du XIIIème siècle.

Ci, jeune apprenti au service du Juge Feng, voit sa vie basculée après l’arrestation de son frère pour l’assassinat d’un fermier. Rapidement déclaré coupable par des preuves accablantes, celui-ci est condamné au châtiment ultime : la torture jusqu’à ce que mort s’en suive…

Suite au déshonneur tombé sur sa famille, Ci se voit contraint de quitter sa ville natale accompagné de sa jeune sœur malade.

Abattu, ruiné et orphelin, notre héros va découvrir la dure réalité d’un monde sans pitié et va devoir ruser d’ingéniosité pour survivre.
Profitant de son principal domaine de connaissance, Ci va devenir par une suite d’événements inattendus, le Lecteur de Cadavres au Palais de l’Empereur…
Très rapidement, il se confronte à la problématique de la conservation difficile des corps et l’analyses des indices (trop) vite compromise par le temps !

Rapidement absorbé par l’histoire, on prend plaisir à voyager dans une Chine absolument non aseptisée et peu propice aux analyses médicales… !
L’enquête se mêle à l’histoire personnelle du héros et le récit est mené avec brio.

Très bien écrit et documenté, ce roman fait partie de mes policiers coup de cœur.
Antonio Garrido s’est inspiré de Song Ci, le premier légiste chinois, auteur du traité Xi Yuan Ji Lu, premier document de médecine légale.
Habitué à pratiquer les autopsies et fort de ses connaissances, Song Ci deviendra aussi enquêteur et aidera la police de l’époque à résoudre des cas judiciaires compliqués.
Son analyse méthodique des corps, sa capacité à les conserver et retarder leur composition ainsi que sa connaissance de toutes les techniques de tortures et assassinats utilisées font de lui une véritable mine d’information.

One thought on “Le lecteur de Cadavres – ANTONIO GARRIDO”

  1. Dommage que tu es corné le livre, je te l’aurais bien emprunté.
    Un médecin légiste chinois, ça fait froid dans le dos en cette période caniculaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *