Depuis des mois, Lucie mon amie du blog Abracadabooks me sommait de lire ce troisième opus de Joël Dicker !
Littéralement subjuguée par La Vérité sur l’Affaire Harry Québert, j’avais décidé de ne pas lire les romans suivants de Joël D. dans le seul but de ne pas être déçue…
Quelle sotte je suis…
Ce roman est une pure merveille, si ce n’est meilleur qu’Harry Québert.

Le thème est totalement différent: quand Harry Québert évoque une enquête, un meurtre, des fausses pistes; Les Baltimore nous emmènent dans un univers familial à la destinée dramatique.

Joël Dicker prend une nouvelle fois la place du narrateur avec brio, sans jamais évoquer son précédent ami Harry Québert. Son enfance nous fait rêver et nous voulons nous aussi passer un agréable moment à table avec les Goldman de Montclair et de Baltimore.
Un pari courageux est réussi pour l’écrivain: utiliser le même héros dans un univers totalement indépendant et aux antipodes du précédent roman à succès.

L’auteur écrit sur son site les mots suivants:
« A mes yeux, plus qu’un livre, il s’agit d’un projet. Tout naît de l’envie d’écrire une véritable histoire ; l’envie d’emporter le lecteur, de l’arracher à son quotidien. Rendre au livre une grande qualité qui lui manque parfois : un moment de plaisir. Un livre long, mais qui se lise vite parce qu’on ne veut pas s’en détacher. L’envie de tout lâcher pour lire. L’envie de terminer sa journée pour rentrer chez soi et lire. L’envie d’écrire pour les lecteurs exigeants comme pour les lecteurs hésitants. L’envie d’écrire pour ceux qui n’ont pas le temps de lire et qui soudain le trouvent. L’envie de faire l’effort d’aller vers les lecteurs : l’envie de donner envie. »

Quel beau discours pour expliquer ce que nous ressentons quand nous lisons ces chefs d’oeuvre, un engouement profond lors de la lecture et une tristesse immense lorsque celle-ci s’arrête et que nous retournons au monde réel.

Cette fois-ci je voulais vous écrire un article un peu différent, moins parler de l’histoire du roman qui se lit mais ne se raconte pas 🙂

Certaines choses ne s’expriment pas, alors je ferais simple, comme Joël Dicker je vous dirais:
Si vous trouvez ce livre, s’il vous plaît, lisez-le.
Je voudrais que quelqu’un connaisse l’histoire des Goldman-de-Baltimore.

 

10 thoughts on “Le livre des Baltimore – JOEL DICKER”

    1. Comme d’habitude Buddybook tu as bien fais d’insister…! J’avais les larmes aux yeux de devoir l’arrêter ! Vivement le prochain. « Joël: épate nous !!!!! »

  1. Je suis contente de lire ton commentaire ! Pour ma part, j’avais été déçue de ce livre après l’Affaire Harry Québert, que j’avais de loin préféré. J’avais trouvé celui-ci plus attendu. Mais c’est chouette de lire un autre point de vue ! Belle journée !

    1. C’est vrai ? ! Ah miiiiiince… J’entends ta déception, mais honnêtement j’ai tellement adoré ! Je trouve justement qu’il ne reste pas sur ces acquis. Il réussit une prouesse difficile: écrire avec le même narrateur que son précédent best-seller tout en proposant un thème et un univers diamétralement opposé ! A très vite et merci pour ton adorable commentaire 🙂

  2. Hello,
    Il me fait de l’œil depuis sa sortie, malheureusement je n’ai lu aucun roman de Joel Dicker, alors que me conseilles-tu ?
    Belle journée à toi et merci pour ce bel avis,
    Julie

    1. Bonjour Julie Lou, Hummmm choix cornélien que tu m’imposes ! Choisir entre les deux semble compliqué car ils sont diamétralement opposés !
      Je te conseillerais surement en premier lieu Harry Québert car le thème de l’enquête est très prenant et le jeu de piste est à son apogée.
      La richesse des personnages permet, grâce notamment à son grand nombre, de se perdre dans le labyrinthe de l’investigation tout au long du livre.
      Mais attention, je te conseille fortement Le Livre des Baltimore juste après … 🙂
      enjoyyyy ! hâte d’avoir ton avis dessus
      à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *