« Les grands parents sont notre mémoire »

La Grand Mère de Jade, c’est l’histoire d’une rencontre intergénérationnelle entre Jeanne et sa petite fille Jade.

Suite à une malheureuse perte d’équilibre, Jeanne n’est plus jugée autonome par ses filles qui souhaitent la placer en maison de retraite.
Jeanne, Mamoune pour les intimes, est la Mamie Gateau que l’on imagine !
Douce et au délicat parfum de rose et violette, elle est le symbole de l’enfance de Jade.
Bien décidée à ne pas l’abandonner, sa petite fille l’a kidnappe et l’installe dans son appartement parisien.
Jade (re)découvre sa mamoune et profite chaque jour un peu plus de ses instants  précieux pour tisser ce lien qui un jour ne sera plus.

Le lien intergénérationnel est une relation propre à chacun de nous.
Nous gardons tous un souvenir unique de nos grands-parents. Un sentiment bouleversant qui nous anime et nous émeut à l’évocation de nos discussions passées.

C’est ma grand tristesse, de penser que nos conversations ne seront plus et qu’ils emportent avec eux un pan du passé que nous ne connaitrons jamais…

Ce roman m’a profondément ému pour cette raison. Il parle de ce sentiment, ce lien indéfinissable qu’en tant que petit enfant nous ne maitrisons pas assez: savoir profiter de ses grands parents, tirer le plus grand bonheur du temps passé auprès de nos aieuls.

J’ai souvent le sentiment de ne pas avoir assez profité assez de mes grands parents paternels… Malgré mes nombreux étés passés auprès d’eux à la campagne, j’éprouve avec le temps un immense vide et un si grand regret en pensant que ce temps est révolu et qu’ils ne me transmettront plus tout leur savoir.

Ce roman a donc un gôut tout particulier pour moi.
A la fois émue et joyeuse, j’ai parcouru chaque ligne de ce roman avec une arrière pensée emplie d’émotion et la certitude que je pourrais agir comme Jade !
Kidnapper ma mamie pour ne pas la laisser dans ce dédale d’ennui et d’oubli.

C’est une histoire délicate et légère comme une journée d’été ensoleillée. Une belle aventure humaine !
Le récit à 3 voix est raconté avec les yeux de Jade, Mamoune et ceux de la narratrice qui regarde ce petit monde s’habituer à vivre ensemble avec une facilité déconcertante.

Contrairement au précédent roman de Frédérique Deghelt  qui ne m’avait pas plu, j’ai adoré celui-ci et vous le recommande vigoureusement.
Sensibles et attachantes, nos deux protagonistes nous offrent un bain d’amour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *