Pour que rien ne s’efface est le septième roman de Catherine Locandro, écrivain française âgée d’une quarantaine d’années basée en Belgique.

Découverte lors de nos rencontres mensuelles aux Belles Plumes, l’auteure nous livre ici un roman somptueux, bien écrit et riche en émotions.

Orchestré comme un polar, ce roman n’a pourtant pas d’enquête ! Nous sommes tenu en haleine par l’histoire de l’héroïne, pourtant célèbre, retrouvée morte et aujourd’hui oubliée aux yeux de tous.

La scène s’ouvre dans un appartement parisien sur le cadavre d’une femme âgée dont la mort remonte à plus de deux mois.
Attirés par la décomposition et l’arrivée croissante d’insectes, les voisins ont donné l’alerte aux pompiers. Comment cette femme a pu être oubliée aux yeux de tous ?

Actrice déchue des années 60, Lila Beaulieu semble avoir fait de sa vie une mascarade. On retrace son passé, à travers les différents récits et souvenirs des personnes qui l’ont côtoyées durant toutes ses années.
Marié, divorcé, croisé autour d’un café ou aperçu dans son unique film La Chambre Obscure, chaque protagoniste raconte sa rencontre inoubliable avec Lila.
L’actrice semble avoir laissée en chacun un souvenir indélébile aussi bien varié que fascinant…
Comédienne à la très courte carrière, Lila a rêvé toute sa vie de briller à nouveau dans la lumière.
Existence faite de mensonges et de remords, elle nous apparaît comme une icône attachante au passé trouble et tragique.

Ce roman nous livre avec bienveillance le portrait de Madame Tout le monde et Personne à la fois.
Nous comprenons avec tristesse que nous laissons une part infime (et pourtant importante) de nous à travers les autres.
L’auteure s’attache à démontrer que même la plus courte rencontre, le plus bref dialogue, laisse une trace indissoluble dans le cœur de notre prochain.
Très beau roman écrit sous une plume habile et savament orchestrée, chaque chapitre est un plaisir.

Je vous souhaite le même engouement que le mien autour de Lila Beaulieu; femme fascinante aux milles visages, qui je l’espère, grâce à vous, ne finira pas dans l’oubli…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *