20161205_205106-2-2
Clémence 15 ans se fait agresser en se rendant à une soirée lycéenne.
Ce traumatisme va alors impacter toute son existence au point de perdre progressivement le sens du toucher…
Tout lien avec le toucher se trouve totalement rompu (variations de températures, douleur physique…) ainsi que tout sens de la compassion et de l’amour…

Belle métaphore que nous offre l’auteure à travers cette perte du toucher.
Symbole de son agression passée, elle ne pourra retrouver son sens du toucher qu’à travers une acceptation de son attaque.

Ce livre est, contrairement à ce que l’on croit, un hymne à la vie.

« Les corps inutiles » parle de viol, d’agression et de sensibilité.
La scène d’agression, annoncée dès les premières lignes du livre, est brève et brutale.
Beaucoup de questions sont abordées notamment sur la législation actuelle qui ne reconnait pas le viol tant qu’il n’y a pas pénétration.
L’atout du roman est justement de débattre sur ce thème sans plus jamais le décrire. Comprendre son agression pour mieux la vivre. Accepter l’inacceptable.

Le thème est dur mais traité avec BRIO.

Delphine Bertholon est une auteure bienveillante et terriblement attachante. Cette rencontre fut d’une beauté extraordinaire ! Fabuleuse, cette femme aux cheveux d’or nous a livré une part d’intimité lors de notre rencontre aux Belles Plumes.

Cette jeune femme douce et pétillante écrit certes des romans aux sujets sombres et délicats (viol, séquestration) mais ne tombe jamais dans l’horreur ni le voyeurisme.

L’auteure réussit une vraie prouesse littéraire : nous captiver à travers des sujets  noirs et difficiles pour nous emmener vers la lumière …

One thought on “Les Corps Inutiles – DELPHINE BERTHOLON”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *