des-noeuds-dacier

Terrible, dur, un roman noir digne de ce nom !

Après Six fourmis blanches, je viens de terminer il y a quelques minutes « Des nœuds d’acier » de la même auteure : Sandrine Collette.
Et … que d’émotions !

L’histoire en quelques mots :

Théo Béranger, homme à problème et à l’enfance compliquée, sort tout juste de prison pour avoir massacré son frère et l’avoir rendu tétraplégique jusqu’à la fin de ses jours. Condamné coupable à 4 ans de prison, il est finalement relâché au bout d’un an et demi pour bonne conduite.
Sans scrupule, ne se sentant aucunement coupable de la situation de son frère ; Théo sort de prison plus heureux et libre que jamais.
C’est en partant se « ressourcer » à la montagne, qu’il va croiser la route de 2 vieillards qui vont lui offrir un avenir misérable et sans échappatoire.
Dur à cuire, résistant à la prison et aux humiliations de sa jeunesse; Théo ne souhaitera qu’une chose : s’échapper de ce cauchemar.

« Nous avons peur du destin parce qu’il nous enlèvera ce que nous avons aujourd’hui, nos proches, nos biens, nos vies. »

Mon avis sur le roman :

L’histoire est sombre, épouvantable ! J’avais peine à tourner les pages tellement j’avais peur de la suite ! Terrifiée, j’avais par moment littéralement des frissons dans le dos, courant le long de mon échine…
Psychologiquement très violent, c’est avec angoisse qu’on avance dans l’avenir macabre du héros.
Très bien écrit, comme pour Six fourmis blanches, l’auteure n’ajoute rien de superflu à l’histoire…
Le sort du héros est morbide mais nous n’avons jamais affaire à des jetées d’hémoglobine ou une violence acharnée gratuite et volontaire.

Ce roman traite de séquestration malsaine et singulière mais les scènes ne sont jamais décrites dans le but d’être volontairement provocantes.
Les mots sont pesés, la description des violences est travaillée pour créer cette fameuse terreur qui nous aliène jusqu’à la fin !

Cher lecteur, aie les nerfs accrochés car tu n’es pas au bout de tes surprises… ! Une chose est sûre, tu n’en ressortiras pas indemne !

2 thoughts on “Des noeuds d’acier – SANDRINE COLLETTE”

    1. Merci Cousine, je suis ravie qu’il t’est plû, c’est l’un de mes préférés de Sandrine Collette ! Ah non je dis une bétise, je les aime touuuuus !!!!

      Camille =Etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *