les-impliques

Machiavélique ! Thérapeutique ! Psychologique !
3 mots pour décrire le polar de Zygmunt MILOSZEWSKI: “Les Impliqués”.

Varsovie (Pologne), année 2005: un thérapeute, le professeur Rudzki, organise une séance de thérapie collective appelée “constellation familiale”. Cette thérapie consiste à représenter et mettre en relation différents protagonistes qui vont vivre et interagir de façon inconsciente sur l’histoire du patient principal.

Les 5 patients vont alors vivre une expérience hors du commun douloureuse et tragique sans se souvenir des détails.
Le lendemain de l’expérience, le patient principal, Henry Telak, est retrouvé mort, une broche à rôtir enfoncée dans l’œil.
Une boite de somnifères est retrouvée sur le lieu de l’accident. Tout porte à croire qu’il aurait pu se suicider … Cependant certains éléments ne collent pas.
Comment un homme pourrait-il s’enfoncer lui-même une broche à rôtir dans l’orbite? Comment expliquer ou démontrer le lien entre cette thérapie et la mort du patient ?
Et surtout quelles informations recueillir des témoins qui n’ont aucun souvenir précis de la soirée ?!

L’histoire est racontée  du point de vue du procureur (sans pour autant être de la narration : je) ce qui amène une nouvelle dynamique au récit.
Le procureur a un rôle important, puisqu’il est le représentant du ministère public chargé de la poursuite en justice. On suit le héros lors de la présentation des dossiers au tribunal.
C’est intéressant, mais il est parfois délicat de suivre tous les cas que le procureur administre !
C’est d’ailleurs ce personnage qui pour moi porte le roman, car il est humain avec des défauts et des faiblesses. Il ne cherche pas à jouer les justiciers, ce qui lui donne un rôle clé et réaliste dans ce polar.

La thérapie de la constellation familiale est l’essence même du livre.
Voici la définition trouvée sur le site de Mr Hellinger (psychothérapeute allemand spécialisé dans les relations familiales):
“Une constellation se déroule de la manière suivante : le thérapeute choisit des représentants pour les membres de la famille du client ; celui-ci les met en relation les uns avec les autres. Parfois cela peut être le client qui choisit les représentants. Subitement, les représentants se mettent à ressentir la même chose que les personnes qu’ils représentent, sans les connaître et sans qu’on leur ait dit quelque chose sur eux. Ils parlent parfois avec leur voix. Ce phénomène ne peut pas s’expliquer à l’aide de nos concepts habituels, malgré de nombreuses tentatives. L’explication qui s’en approche le plus à ce jour est que les représentants entrent dans un autre champ spirituel. Cela veut dire que dans ce champ, les événements du passé d’un groupe sont préservés et aussi les émotions liées à ces événements, comme dans une mémoire commune. Ce groupe a également une conscience commune, qui leur prescrit ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire pour mériter et pour préserver l’appartenance à ce champ spirituel et à leur famille.”  Source : http://bit.ly/1S8sXRE

“La connaissance de la psychologie humaine devient une arme puissante entre les mains d’un assassin”.

Cette thérapie est bien décrite. C’est d’ailleurs ce qui fait l’intérêt principal de celui-ci: une expérience psychologique peu commune et une mise en scène sombre.
On suit les rôles des différents participants et on comprend facilement le déroulement de la thérapie et son impact clé sur le patient.
A contrario, la clé du mystère est plus compliquée que prévue et il arrive fréquemment à l’auteur de se perdre dans de longues explications …
Les liens entre les différents personnages ne sont pas clairs et rendent la compréhension de certains éléments difficile.

J’ai apprécié le livre tout en le trouvant long et souvent compliqué à suivre.
La dimension machiavélique et les longs enchaînements de situation ne placeront pas ce roman dans mon TOP 5 des polars …!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *